Pensées

Servir avec de bons sentiments !

"Si quelqu’un me sert, qu’il me suive, et là ou je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera" (Jean 12/26)

Jésus, notre maître, nous appelle à le servir. Le servir est un privilège.
Pour accomplir notre service, nous sommes appelés à aller en sa présence, à l’honorer, à lui demander la direction à suivre, à tout mettre en œuvre pour faire ce qu’il attend de nous.

Une grande grâce est rattachée au service puisque la Bible déclare que Dieu récompense ceux qui le servent, il récompense ses enfants pour les bonnes oeuvres qu’ils font pour sa gloire, après avoir été sauvés par grâce. Le salut est gratuit, mais les récompenses se méritent.

Qu’est-ce qu’un serviteur ?
Ce mot tiré du mot grec « diakonos » signifie : celui qui est aux ordres d’un maître, d’un roi = un domestique, un subordonné, un intendant, un ministre, un messager.
Il y avait deux sortes de serviteurs à l’époque de l’Ancien Testament : les mercenaires qui étaient rétribués et qui avaient certains droits ; les esclaves, non rémunérés, qui devaient être entièrement soumis à leur maître dont ils étaient la propriété. Le serviteur de Jésus-Christ appartient à la seconde catégorie. Sa position de serviteur ne lui confère donc aucun droit.

Servir avec de bons sentiments

1. Exprimer notre reconnaissance et nos sentiments au Seigneur.

C’est un honneur de servir Jésus ! Un tel maître est digne de recevoir notre reconnaissance (Hé 13/15 ; Ap 4/11 ; Co 1/12-14).
C’est la première démarche que nous devons effectuer dans notre service. Jésus lui-même a souligné ce devoir de reconnaissance en dénonçant l’ingratitude des neuf lépreux (Lc 17/11-19). Exprimer notre reconnaissance nous permet de rendre gloire à Dieu, de l’élever, de l’honorer dans notre vie et dans notre témoignage.

Suivons aussi l’exemple de David qui se reconnaissait comme un serviteur et qui exprimait ses sentiments à son Seigneur :

« Préserve aussi ton serviteur des orgueilleux ; qu’ils ne dominent point sur moi ! Alors je serai intègre, innocent de grands péchés. Reçois favorablement les paroles de ma bouche et les sentiments de mon coeur, ô Éternel, mon rocher et mon libérateur !" traduit aussi par "agrée les sentiments que ma bouche exprime" (Ps 19/14-15).

2. Avoir les sentiments qui étaient en Christ

Jésus est notre modèle par excellence :

« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ » (Ph 2/5).

Servons-nous le Seigneur tous les jours avec le cœur qui convient ? La Bible nous exhorte à veiller sur nous-mêmes, sur nos pensées, sur nos réactions :

"Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie" (Pr 4/23).

Ce verset montre bien qu’il est de notre responsabilité de garder notre cœur et nous devons y veiller chaque jour, car il peut s’y introduire facilement des choses qui ne glorifient pas Dieu !

"C’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor et l’homme mauvais tire de mauvaises choses de son mauvais trésor" (Mt 12/34-35).

Soyons donc vigilants pour garder pur notre cœur.

" Ayez le mal en horreur, attachez-vous fortement au bien" (R0 12/9).

3. Rechercher les sentiments qui servent l’œuvre de Dieu, à l’exemple de Jésus

- la disponibilité : (Jésus, le bon samaritain qui prend le temps de s’arrêter pour son prochain) ;
- l’humilité : (Jésus "n’a pas regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu" - Ph 2/6) ; "Il était doux et humble de cœur" (Mt 11/29) ;
- l’amour : (Jésus met le comble à son amour en lavant les pieds de ses disciples comme l’aurait fait un esclave).

4. Entretenir des sentiments fraternels

Dans la famille de Dieu, nous devons nous aimer. L’amour fraternel est la marque distinctive des vrais chrétiens.
C’est un ordre de notre Maître :

"Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés… A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres" (Jn 13/34-35).

"Que l’amour soit sans hypocrisie… Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres ; par honneur, usez de prévenances réciproques" (Ro 12/9a-10).

Conserver l’unité demande un effort. L’Écriture nous y exhorte :

"Je vous exhorte…à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée… vous supportant les uns les autres avec amour, vous efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix" (Ep 4/1-3).

Hervé DELABALLE

BESOIN DE LA PRIERE ?

Le pasteur se tient à votre disposition pour répondre à vos questions dans le domaine de la foi, vous aider à trouver en toute confidentialité le secours divin et prier pour vous.